16 juin : Newport to Cascade Locks (336 kms)
Comme chaque jour à 7 heures le réveil nous tire de notre sommeil. J'ai dormi comme "une souche" ! Complètement épuisé par la dernière étape. La lumière blafarde qui filtre à travers les rideaux ne laisse présager rien de bon. Je me lève et écarte ces derniers. Encore une fois le ciel est tout gris, complètement bouché. Il a plu car la route est mouillée. Nous nous préparons, rangeons les affaires et partons prendre le breakfast. Nous prenons la route. Il ne fait pas très froid mais l'humidité nous pénètre rapidement. Des lambeaux de brume s'accrochent aux cimes des collines environnantes. Mais au bout de quelques kilomètres on commence à apercevoir des morceaux de ciel bleu. Puis petit à petit les nuages disparaissent et c'est le grand beau temps.
Une fois encore, le mauvais temps était juste le long de la côte. Nous traversons d'immenses forêts de pins. C'est un peu sombre et il n'y a pas grand chose à voir. Il n'y a qu'autour des agglomérations que la forêt cesse. Et encore ! Car quand ce n'est pas la forêt, ce sont des plantations de pins ou des scieries. J'avais entendu parler des fameux pins de l'Oregon, mais ici j'en comprends toute la signification. Puis nous arrivons à Salem où nous nous arrêtons pour déjeuner. Nous trouvons un supermarché Safeway dans lequel nous achetons de la salade que nous composons nous même. C'est très bon.
Après ce petit repas nous nous dirigeons sur Portland. Ce n'est encore que succession de forêts de pins, de scieries auxquelles vient s'ajouter des vignes, des vergers et autres plantations. On aperçoit dans le lointain le Mont Hood couvert de neige
Nous arrivons à Portland. Il y a beaucoup de circulation et il fait chaud. Un voyant s'allume sur le tableau de bord à plusieurs reprises. Je profite d'un arrêt essence dans une gas station pour contrôler la moto. Il me semble qu'il manque de l'huile aussi j'achète un petit bidon d'un litre. Mais quand je veux en rajouter, le niveau est redevenu normal. Je n'avais pas assez attendu lors du control et l'huile était encore dans le moteur. Je ne comprends toujours pas pourquoi ce fichu voyant s'est allumé tout à l'heure. J'espère que la moto ne va pas me faire le coup de celle de 2006 dont l'alternateur était tombé en panne. Mais ce n'est pas le même voyant. Nous décidons de repartir car il nous reste peu de kilomètres d'ici Cascade Locks
Il y a deux routes possibles pour se rendre à Cascade Locks. La Lewis and Clark Highway par la rive droite de la Columbia River ou la Columbia River Highway par la rive gauche. Nous optons pour la rive gauche. C'est une interstate, la I84 et cela ira bien plus vite. Rejoindre la sortie de Portland n'est pas facile, la circulation c'est intensifié, il y a beaucoup de travaux et de déviations. Au prix de quelques détours et de demi-tours nous nous retrouvons enfin sur la bonne route. Celle-ci borde la Columbia que nous pouvons admirer. Le Mont Hood se détache sur l'horizon. Nous nous en sommes bien rapproché durant l'après-midi mais il ne fait pas partie de notre circuit. Dommage ! La moto a l'air de fonctionner normalement. Peut-être un problème de température ...
DébutNous arrivons à Cascade Locks, petite bourgade sur le bord de la Columbia. Nous trouvons rapidement le Best Western Columbia River Inn qui se situe à l'entrée. Notre chambre se trouve à l'étage et donne sur le fleuve. Il y a même un balcon qui donne une vue imprenable. Seule une voie ferrée nous sépare de l'eau. Je prends quelques photos mais la lumière n'est pas très bonne car j'ai le soleil presque de face. J'attendrai le coucher du soleil pour faire la photo du Bridge of the Gods car le soleil est juste derrière. Un train arrive et défile, défile, défile, défile juste sous mes yeux. Comme beaucoup de trains américains il est interminable. Ce sont des centaines de wagons de marchandises ou de minerais qui s'étirent à perte de vue. Je ne vois pas la fin du convoi et je n'en vois plus le début. Heureusement ce sera le seul. Je n'en ai entendu aucun durant la nuit. Quelques minutes plus tard, c'est sur l'autre berge qu'un autre train passe. Il y a des voies ferrées de part et d'autre de la Columbia.
Etape suivanteNous avons trouvé un petit diner à quelques mètres de l'hôtel. Cela à l'air un peu miteux, mais nous n'avons pas envie de chercher autre chose. Et puis on peut avoir de bonne surprise. En fait c'en ne sera pas une, c'est même très quelconque. Nous mangeons rapidement puis allons faire quelques pas avant d'aller se coucher.