Le bip bip du réveil me tire de mon sommeil. Il est 7:00 ! Je trouve que la lumière qui filtre de derrière les rideaux n'est pas très intense. Un doute m'assaille. Je me lève et regarde consterné le ciel gris et le sol mouillé. C'est encore mal parti pour cette journée ! De plus ce matin, il est prévu que nous fassions une halte au Jededhia Smith Redwood State Park. S'il pleut cela ne va pas être terrible. Nous prenons un solide breakfast, préparons la moto et direction le parc. Nous voila sur la Redwood Highway qui va en direction du parc et qui le traverse. La route est détrempée et il bruine un peu. Des lambeaux de brume sont encore accrochés, ça et là, aux collines environnantes Il fait frais et très humide. Nous trouvons rapidement un chemin forestier qui s'enfonce dans le parc. On laisse la moto au début et partons à pied. Ce temps pourri a quand même un avantage, nous sommes absolument seuls. Les arbres sont immenses et majestueux. Leurs troncs sont énormes. On se sent tout petit auprès d'eux.
Plus nous montons au nord et plus le vent devient violent. J'ai du mal à diriger la moto. Le vent nous assaille par rafales me faisant faire des embardés de plus en plus grandes. Je suis obligé de tourner le guidon sur la gauche pour tenir la trajectoire, le vent me poussant sur la droite. Malgré le poids de la moto, celle-ci ne résiste pas et suit le vent. Peut-être à cause du pare-brise et du "nez de cochon". On nomme comme cela, le carénage de la fourche avant. Mais quand les rafales cessent soudainement, à chaque fois je me retrouve sur la voie de gauche, ceci me provoquant quelques sueurs froides. Après quelques heures de ce régime, de lutte contre ce vent, j'ai mal au bras et aux épaules. Il me tarde, une nouvelle fois que l'étape finisse. Malheureusement, je trouve que les miles défilent trop lentement à mon gré. Ce qui est triste, c'est que l'on n'apprécie pas beaucoup le paysage avec ce temps ! Quand on s'arrête, il faut lutter contre le vent pour marcher et prendre les photos. Quand on roule c'est encore pire. Et la température n'est pas terrible non plus. Pourtant la côte qui défile à notre gauche est vraiment belle.
Début Etape suivanteEn fin d'après-midi, c'est complètement frigorifié, que nous pénétrons dans Newport. La ville est très calme, il y a peu de circulation, on se croirait un dimanche. Je vois un hôtel Super 8 sur ma gauche, je rentre aussitôt sur le parking. J'en ai tellement marre, que je n'ai pas envie d'aller voir plus loin. Il y a de la place ! Nous prenons une chambre et on se précipite sous la douche très chaude. Une fois réchauffé, nous partons en ville à la recherche d'un restaurant. Nous trouvons un restaurant mexicain proche de l'hôtel. Ce sera une mauvaise idée. La cuisine n'a rien à voir avec ceux que l'on a connu dans le sud. Nous rentrons à l'hôtel, nous mettre au chaud et dormir.
Avant d'attaquer la route, je voudrais faire le plein d'essence. Mais je n'ai rien trouvé à la sortie de la ville. Je décide donc de revenir en ville ne voulant pas prendre de risque, le réservoir est presque vide. La bruine à cesser et la lumière un peu plus vive. J'espère que ça va se lever un peu. Je n'aime pas rouler sous la pluie, surtout avec une moto aussi lourde dont je ne connais pas les réactions sur route mouillée. Après avoir fait le plein, nous reprenons la hwy 101 en direction du nord. Nous nous enfonçons dans les terres pour contourner le Lake Earl. Rapidement nous nous rapprochons de la côte pour la longer sur de nombreux miles. Nous pénétrons dans l'Oregon ! C'est nôtre 10 ème état en 3 voyages dans l'Ouest. On commence à apercevoir du ciel bleu par instant et plus les miles défilent plus le bleu s'agrandit et soudain la brume disparaît complètement. Par contre le vent se renforce. Il devient même violent. Cette fois je commence à comprendre pourquoi on dit que la côte ouest est belle. De nombreux points de vue sont aménagés le long de la côte. Nous allons les utiliser car, entre les soubresauts de la moto sur la route et le vent qui me fait faire des embardés, faire de bonnes photos en roulant relève de la prouesse.
15 juin : Crescent City to Newport (422 kms)